Rivage - Chapitre II

roleplay
La rédaction de l'histoire a été reprise par Toutoutatou, le nouveau rédacteur d'Algathia. Bonne lecture.


Chapitre 2 : Le Renégat



La chambre était vide, les couvertures du lit précipitées au sol et la fenêtre encore ouverte, tout cela comme s’il était parti précipitamment. Mais c'est impossible, personne n’aurait pu le prévenir. Émile ressortit de la chambre perplexe et angoissé. Il redescendit dans la salle commune où les autres clients jouaient aux cartes. Alors qu’il allait partir, un serveur lui tira sur la manche. L’adolescent se retourna, le serveur lui fit signe de le suivre. Sur ses gardes, prêt à dégainer, Émile le suivit. Le serveur qui devait avoir vingt-cinq ans, le conduisit à l’arrière de la salle commune, là où personne ne pourrait les voir ou les entendre.

- Je sais qui vous êtes, commença le serveur. Votre vie est en danger, l’empereur a mis votre tête à prix.

- Peut-être oui, est-ce tout ce que vous vouliez me dire ?, lui rétorqua le jeune homme.

- Non, l’homme que vous cherchez est parti ce matin. Il a reçu une missive il y a moins d’une heure par courrier express. Il est parti vers l’Est dans l’heure et sans payer ce qu'il avait commandé.

- Diantre ! Ils savent donc où je suis. Il faut que je le rattrape avant qu’il ne m’échappe. Merci l’ami, et n’oublie pas : mort à l’usurpateur !

- Mort à l’usurpateur ! Puisse la route t’être favorable !, dit à voix basse l’informateur.


Émile sortit en trombe de l'hôtel, les palefreniers étaient en train de piquer un somme. Ni une ni deux, l’adolescent vola un cheval et partit vers l’Est. Il fit adopter à son cheval une allure très soutenue pour rattraper l’heure de retard qu’il avait sur son ennemi. Après quelques heures de galop effréné, l’homme était en vue. Il ne semblait pas avoir remarqué la présence d’un autre cavalier derrière lui. L’adolescent accéléra encore son allure. Alors qu’il n’était plus qu’à quelques blocs, l’homme tomba à terre, son cheval venait de mourir sur le coup de l’effort. Apercevant, un cavalier derrière lui, il tira son épée du fourreau. La lame était émoussée et rouillée. Émile sauta de son cheval, tout en dégainant son épée à son tour.

- Comme on se retrouve Timothée !, exulta l’adolescent. Trois mois que je te traque, trois mois que mon cœur me crie vengeance, trois mois que tu essaies de m’échapper. Mais aujourd’hui tu vas payer pour tes crimes. 

- Non Émile, attends donc, je n’ai rien fait !, le supplia-t-il.

- Tu as vendu mes parents à l’usurpateur et tu as tué ma sœur de tes propres mains !, cria le jeune homme à s’en casser les cordes vocales. Maintenant en garde !


Les deux hommes se mirent en garde, l’un en face de l’autre. Ils étaient tendus, tous les deux savaient qu’un seul d’entre eux sortirait vivant de ce duel. C’est Timothée qui lança l’offensive en premier, mais son adversaire para son coup avec grâce et fluidité. Les deux bretteurs s’affrontèrent pendant de longues minutes, mais le combat était inégal. Le renégat était beaucoup plus faible physiquement que son adversaire. Après environ cinq minutes, Émile désarma son adversaire. Il plaça son épée sous la gorge du renégat et le menaça :

- Repens-toi ou meurs !, déclara le jeune homme d’un ton sans appel.

Timothée lui cracha au visage. La pointe de l’épée s’enfonça alors d’un coup sec dans la gorge de son ennemi. Le sang gicla et l’homme mourut dans un dernier soupir. Émile essuya son épée sur les fripes de son adversaire, un usurpateur vaincu et par la suite, le dépouilla de ses biens. Il trouva la fameuse missive et quelques pièces d’argent dans ses poches. Le jeune homme déplia la missive. On pouvait y lire : “ Il est à tes trousses, pars au plus vite et rejoins-nous à Torkal, dans l’auberge du "Cerf Doré".” La lettre n’était pas signée, mais au moins l’adolescent savait maintenant où trouver ses ennemis. Il remonta en selle et partit en direction de Torkal en se demandant quelles péripéties allaient-ils encore lui arriver dans cette mystérieuse ville.



Miniature réalisée par Alisu    


Chargement...  Chargement...

Chargement...

119 vues

2 commentaires

J'aime

Vos commentaires

Chargement des commentaires...